Je lis un peu, beaucoup...

01 janvier 2014

Bienvenue ! Wellcome ! Willkommen !

Amies lectrices, amis lecteurs, bienvenue à vous !

Vous êtes sur le blog littéraire d'AntigoneFlo. Ce n'est, bien évidemment, pas mon vrai prénom (mes parents n'auraient pas osé !), en réalité je m'appelle Florence. J'ai choisi ce pseudonyme pour deux raisons : tout d'abord, à cause d'une tragédie que j'ai découverte lorsque j'étais en 1ère (il y a de cela un temps assez lointain !) : Antigone de Jean ANOUILH et ensuite, parce que mes amis m'appellent Flo. Voilà pour l'histoire de mon pseudo.

Je suis mariée, j'ai deux enfants (une fille de 11 ans et un garçon de 5 ans) et j'enseigne en classe de CM2 à l'école élémentaire. Petite particularité, j'ai repris (parallèlement à ma classe) mes études à l'université depuis l'année précédente. Après des études de biologie il y a ... (chut ! je ne dirai pas le nombre d'années !), je me suis inscrite en première année de licence de Lettres Modernes et je l'ai validée !  Cette année, je suis inscrite en Master 1 MEEF de Lettres Modernes. C'est d'ailleurs l'année universitaire dernière, dans mes études littéraires, que j'ai rencontré Morgane et la découverte de son blog (Les lectures de Hoppeee) m'a donné envie d'en créer un. Le mien est tout jeune (pas comme moi), il a un peu plus d'un an, alors il n'est pas encore comme je voudrais qu'il soit au niveau visuel... mais j'espère que ça le deviendra ! Soyez donc indulgents !

Mes goûts littéraires sont assez variés mais j'ai une préférence pour la littérature de jeunesse (Brigitte SMADJA, MOKA, Susie MORGENSTERN, Roald DAHL), les romans policiers (Agatha CHRISTIE, Mary HIGGINS CLARK, Harlan COBEN, Camilla LACKBERG), les belles histoires d'amour (Danielle STEEL) et évidemment les Classiques (Eugène IONESCO est mon préféré). J'aime bien les défis littéraires, alors, n'hésitez pas à m'en proposer.

En dehors de la lecture, je suis passionnée de musique et de chant. Je joue du piano depuis toute petite et je fais partie d'une chorale liturgique.

Je compte sur vous pour laisser une petite trace de votre passage et pour me faire part de vos livres coups de coeur.

Bonne lecture à toutes et à tous !

AntigoneFlo

Posté par AntigoneFlo à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 décembre 2013

Mes défis littéraires : marathons

Voici un article qui regroupera les défis littéraires auxquels j'ai participé, les défis littéraires en cours et ceux à venir ! Pour l'instant, il n'y en a pas beaucoup... alors, n'hésitez pas à m'en proposer !

1) Le marathon de lecture de Hopeee du 22 au 23 décembre 2012

Avant le marathon : C'est le premier marathon auquel je participe. Je l'ai découvert en visitant le site de Hopeee que j'ai rencontrée en Licence de Lettres Modernes. Il consiste en le fait de lire le plus possible de livres le week-end concerné. Je me suis inscrite dans la catégorie "libre" car habituellement, le samedi, ce ne sont pas les activités (musicales et religieuses) qui me manquent et, à l'approche de Noël, je pense être encore plus occupée ! La fin du monde en décembre 2012 ? Je n'y crois pas ! C'est contre mes convictions religieuses : seul Dieu le Père sait quand ce jour viendra. Mais bon, l'idée de lire est de toute façon une très bonne idée alors toutes les occasions sont bonnes ! Pour l'évènement, j'ai acheté 3 livres : deux classiques que, bien évidemment, je ne connais que de nom et un auteur contemporain que je voudrais aussi découvrir. Ces trois livres font partie de ma PAL.  

Après le marathon / bilan  : Nous sommes maintenant le 23 décembre 2013, et, bien évidemment, nous sommes vivants ! Voici le bilan du marathon de la fin du monde ! Roulement de tambour...

1) Britannicus, Jean RACINE (93 pages) 2) Phèdre, Jean RACINE (111 pages)

Eh voilà, ce premier marathon s'achève. Un bien petit score pour moi : deux livres et seulement 204 pages ! Mais comme on le dit souvent, "l'essentiel, c'est de participer" !  Cela m'aura permis de découvrir un auteur que je connaissais que de nom : Jean RACINE. Au moins, je serai moins ignorante ! Les tragédies, j'aime bien. Je me suis prise à lire aussi les annotations ! Je pense acheter aussi Andromaque et Mithridate du même auteur. Vraiment un bon moment de lecture. Je ferai mieux la prochaine fois !

 

2) Le marathon de lecture de Mylène du 1er janvier au 31 décembre 2013

Avant le marathon : C'est le deuxième marathon auquel je participe, et cette fois-ci, ma fille (Mathilde, 10 ans), le fait aussi avec moi ! Il consiste en le fait de lire 100 livres entre le 1er janvier et le 31 décembre 2013. Lire en tandem me semble être une expérience motivante mais le fait que le marathon dure sur toute une année pourrait être aussi bien un avantage (dans le sens où on a le temps) qu'un inconvénient (dans le sens où on prend son temps). Je pense que je lirai surtout pendant les vacances mais pour garder le rythme, deux livres par semaine me semble être un bon objectif ! J'ai découvert ce marathon sur le site de Hopeee ! Merci encore à elle !

Après le marathon / bilan  : Nous sommes maintenant le 31 décembre 2013. Voici le bilan de notre participation au marathon de Mylène. Le nombre entre parenthèses correspond au nombre de pages cumulées. Honneur à Mathilde qui s'est mieux débrouillée que moi ! Roulement de tambour...  

1) La légende des licorne, HASBRO (61 pages) - 2) Clover est virée, Vanessa RUBIO (146 pages) - 3) Jessica perd la tête, Jymn MAGON (202 pages) - 4) Le Seigneur de la lumière, Brian SWENLIN et Brandon SAWYER (259 pages) - 5) Mathilde et la fête des mères, PATIKA et J.P. CHABOT (286 pages) - 6) Emma et ses deux mamies, Susie MORGENSTERN et S. CORDIER (304 pages) - 7) Emma et son meilleur copain, Susie MORGENSTERN et Séverine CORDIER (322 pages) - 8) Emma et le carnet à secret, S. MORGENSTERN et S. CORDIER (340 pages) - 9) La transformation de Tecna, Sophie MARVAUD (422 pages) - 10)  La voix de la nature, Sophie MARVAUD (505 pages) - 11) Le pouvoir magique de Pam, Iginio STRAFFI (569 pages) - 12) La belle lisse poire du prince de Motordu, PEF (598 pages) - 13) Amore contre les dragons, Iginio STRAFFI (662 pages) - 14) Les caprices de Chérie, Iginion STRAFFI (726 pages) - 15) Clochette et L'expédition Féerique, Natacha GODEAU (822 pages) - 16) Le rendez-vous de Chatta, Iginio STRAFFI (886 pages) - 17) Petit-Bleu et Petit Jaune, Léo LIONNI (924 pages) - 18) Chapeau mesdemoiselles !, GRISSEAUX et DELAHAYRE (956 pages) - 19) Un mystérieux poney, HASBRO (1017 pages) - 20)  Noirs et blancs, David MCKEE (1044 pages) - 21) Coup de foudre à haut risque, R. CLARK (1129 pages) - 22) Le pouvoir d'Harmonix, Iginio STRAFFI (1225 pages) - 23) Le royaume des fées, Iginio STRAFFI (1321 pages) - 24) Bleu Blanc Gris, Brigitte SMADJA - 25) Ma princesse collectionne les nuages, Brigitte SMADJA - 26) Marie est amoureuse, Brigitte SMADJA - 27) La tarte aux escargots, Brigitte SMADJA - 28) Drôles de zèbres, Brigitte SMADJA - 29) Mon zamie, Brigitte SMADJA - 30) L'enfant Océan, Jean-Claude MOURLEVAT - 31) C'est moi le plus beau, Mario RAMOS - 32) Chapeau rond rouge, Geoffroy de PENNART - 33) Le petit chaperon rouge, Jacob et Wilhem GRIMM - 34) La bergère qui mangeait ses moutons, Grégoire SOLOTAREFF et NADJA - 35) Totally gags, GRISSEAUX et DELAHAYRE - 36) John Chatterton détective, Yvan POMMAUX - 37) Le Miam-Miam, Alan METS - 38) Le garçon qui criait au loup, Tony ROSS - 39)  Loup, Loup, y es-tu ?, Mario RAMOS - 40) Dans la famille BRIARD, je demande... Joseph, Brigitte SMADJA - 41) Dans la famille BRIARD, je demande... Margot, Brigitte SMADJA - 42) Ma princesse disparaît dans le couloir, Brigitte SMADJA - 43) Ma princesse n'est plus ma princesse, Brigitte SMADJA - 44) Marie souffre le martyre, Brigitte SMADJA - 45) Une histoire à dormir debout, Brigitte SMADJA - 46) Mystère, Marie-Aude MURAIL - 47) Le hollandais sans peine,  Marie-Aude MURAIL - 48) Le fiancé de la maîtresse, Susie MORGENSTERN - 49) Sa majesté la maîtresse, Susie MORGENSTERN - 50) Tu veux être ma copine ?, Susie MORGENSTERN - 51) Même les princesses doivent aller à l'école, Susie MORGENSTERN - 52) Au pied de l'arc en ciel, MOKA - 53) L'esprit de la forêt, MOKA - 54) Un ange avec des baskets, MOKA - 55) Un sale moment à passer, MOKA - 56) Le plus grand détective du monde, MOKA - 57) Drôle de voleur !, MOKA - 58) Thomas face-de-rat et Amélie Mélasse, MOKA - 59) Ah, la famille !, MOKA - 60) Le poisson dans le bocal, MOKA - 61) Rendez-moi mes poux !, PEF

1) C'est pas juste, Susie MORGENSTERN (140 pages) - 2) Un tag pour Lisa, Stéphane DANIEL (217 pages) - 3) Si c'était à refaire, Marc LEVY (639 pages) - 4) La fiancée de Bombay, Julia GREGSON (1336 pages)  - 5) Dévoile-moi, Sylvia DAY (1743 pages) - 6) Introduction à la vie littéraire du XIXème siècle, Jean-Yves TADIE (1947 pages) - 7) W ou le souvenir d'enfance, Georges PEREC (2169 pages) - 8) Voyage en Orient de Gérard de NERVAL (commentaires), G. COGEZ (2341 pages) - 9)  Les caprices de Marianne, Alfred de MUSSET (2384 pages) - 10) Lettres de Malaisie, Paul ADAM (2623 pages) - 11) Qui a peur de madame Lacriz, Marie-Aude MURAIL (2714 pages) - 12) Le club des crottes, Susie MORGENSTERN (2840 pages) -  13) Le petit coeur brisé, MOKA (3005 pages) - 14) Oedipe, Yvan POMMAUX (3048 pages) - 15) Ulysse, Yvan POMMAUX (3119 pages) - 16) Cinquante nuances de Grey, E.L. JAMES (3670 pages) - 17) Cinquante nuances plus sombres, E.L. JAMES (4264 pages) -18) Cinquante nuances plus claires, E.L. JAMES (4858 pages) -  19) Les Bonnes, Jean GENET (4971 pages) - 20) L'autographe, Susie MORGENSTERN (5017 pages) - 21) 22 ! , Marie-Aude MURAIL (5069 pages)  -22) Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, Abbé PREVOST (5302 pages) -23) Le Roi se meurt, Eugène IONESCO (5439 pages) - 24) Supermoyen, Susie MORGENSTERN (5506 pages) - 25) En attendant Godot, Samuel BECKETT (5630 pages) - 26) Tu veux être ma copine ?, Susie MORGENSTERN (5698 pages) - 27) Antigone, Jean ANOUILH (5821 pages) - 28) La farce de Pathelin, Inconnu (5883 pages) -29) Inconnu à cette adresse, KRESSMANN TAYLOR (5969 pages) - 30) Fin de partie, Samuel BECKETT (6079 pages) - 31) Le poisson dans le bocal, MOKA (6125 pages) - 32) Le plus grand détective du monde, MOKA et Jean-François MARTIN (6164 pages) - 33) Drôle de voleur !, MOKA (6243 pages) -  34) Au pied de l'arc-en-ciel, MOKA (6314 pages) - 35) Art, Yasmina REZA (6395 pages) - 36) Le Chien des Mers, Marie-Aude MURAIL (6456 pages) - 37) La mécanique du coeur, Mathias MALZIEU (6612 pages) - 38) La Nuit de Valognes, Eric-Emmanuel SCHMITT (6713 pages) - 39) Le Chevalier au Lion, Chrétien de TROYES (6836 pages)

L'objectif des 100 livres n'a pas été atteint individuellement mais, à nous deux, nous avons exactement lu 100 livres, alors nous n'avons pas entièrement perdu ! De toute façon, la lecture n'est jamais une perte de temps : c'est un enrichissement personnel ! Nos coups de coeur de l'année 2013 : pour Mathilde : 1) Tu veux être ma copine, Susie MORGENSTERN 2) Emma et le carnet à secret, Susie MORGENSTERN 3) Un sale moment à passer, MOKA ; et pour moi : 1) Art, Yasmina REZA 2) La mécanique du coeur, Mathias MALZIEU 3) Oedipe, Yvan POMMAUX

 

3) Mon marathon de lecture : invitation littéraire à mes 40 ans !

Invitation : C'est le premier marathon que j'organise ! J'aurai 40 ans le 4 mai prochain... Alors, à cette occasion, je vous invite à mon anniversaire littéraire virtuel. Le principe consistera à lire 40 livres jusqu'à ce grand jour... vous apporterez vos 40 livres le jour J et nous soufflerons ensemble mes bougies. Quelques contraintes pour ce marathon de la naissance à 10 ans : l'enfance, retombez-y et lisez 10 livres de littérature de jeunesse ; de 11 à 20 ans : les études, replongez-vous dans l'univers des Classiques et lisez-en 10 ;  21 à 30 ans : l'influence des autres, demandez à des amis de vous conseiller chacun des livres qu'ils ont aimés et lisez-en 10 ; de 31 à 40 ans : la mâturité (!), faîtes ce qu'il vous plait et lisez 10 livres d'un auteur ou d'un genre littéraire que vous aimez. Sinon... Lisez ce que vous voulez, c'est ce qui importe le plus !!! Plus on est de fous et plus on rit, dit le proverbe ! Alors, qui est partant ?

La liste des invités / Bilan intermédiaire :

* moi-même (Florence) : 33/40

  • ENFANCE Le poisson dans le bocal, MOKA - Le plus grand détective du monde, MOKA et Jean-François MARTIN - Drôle de voleur!, MOKA - Au pied de l'arc-en-ciel, MOKA - Le Chien des Mers, Marie-Aude MURAIL - La grève des fées et autres histoires, Christian OSTER - L'assassin est au collège, Marie-Aude MURAIL -
  • ETUDES : Fin de partie, Samuel BECKETT - Art, Yasmina REZA - La nuit de Valognes, Eric-Emmanuel SCHMITT - Le Chevalier au Lion, Chrétien de TROYES - Dom Juan, MOLIERE - Alcools, Guillaume APOLLINAIRE - L'île des esclaves, MARIVAUX - Les Perses, ESCHYLE - L'Avare, MOLIERE - Djinn - Un trou rouge entre les pavés, Alain ROBBE-GRILLET - A la lumière d'hiver, Philippe JACCOTTET - Le désert des Tartares, Dino BUZZATI - Rhinocéros, Eugène IONESCO - Traité sur la Tolérance, VOLTAIRE - Critique et vérité, Roland BARTHES - Ignace Denner, E.T.A HOFFMAN - La Cerisaie - Anton TCHEKOV - Antigone, SOPHOCLE - Les Précieuses ridicules, MOLIERE - Le Misanthrope, MOLIERE - Electre, Jean GIRAUDOUX - Ubu Roi, Alfred JARRY - La Parure, La légende du mont Saint Michel, Sur l'eau, Guy de MAUPASSANT - Oedipe-Roi, SOPHOCLE - Le Spleen de Paris, Charles BAUDELAIRE
  • AMIS : La mécanique du coeur, Mathieu MALZIEU -
  • PERSO

* ma fille (Mathilde) : 18/40 

  • ENFANCE : Dans la famille BRIARD, je demande...Joseph, Brigitte SMADJA ;  Dans la famille BRIARD, je demande...Margot, Brigitte SMADJA ; Le poisson dans le bocal, MOKA ; L'esprit de la forêt, MOKA ; Ah, la famille !, MOKA ; Thomas face-de-rat et Amélie Mélasse, MOKA ; Un sale moment à passer, MOKA ; Un ange avec des baskets, MOKA ; Drôle de voleur!, MOKA ; Le plus grand détective du monde, MOKA.
  • ETUDES : Au pied de l'arc-en-ciel, MOKA ; Même les princesses doivent aller à l'école, Susie MORGENSTERN ; Tu veux être ma copine ?, Susie MORGENSTERN ; Le fiancé de la maîtresse, Susie MORGENSTERN ; Sa Majesté la Maîtresse, Susie MORGENSTERN ; Mystère, Marie-Aude MURAIL ; Le hollandais sans peine, Marie-Aude MURAIL ; Une histoire à dormir debout, Brigitte SMADJA ;
  • AMIS
  • PERSO : Rendez-moi mes poux ! PEF ;

* une amie (Morgane) : 0/40

  • ENFANCE
  • ETUDES
  • AMIS
  • PERSO

Posté par AntigoneFlo à 05:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 décembre 2013

Littérature de jeunesse XXème siècle

Au pied de l'arc-en-ciel,  MOKA (71 pages)

La quatrième de couverture : Quand on est en vacances au milieu des moutons et des amandiers, dans une maison sans électricité, qu'il pleut et qu'on n'a pas le droit de jouer à sa gameboy, que peut-on faire ? On peut toujours patauger dans les flaques. On peut toujours aller visiter une tour en ruine. On peut aussi perdre son petit frère dans les collines et passer des heures à le chercher. On peut également inventer une chasse au trésor, où les bergers sont des sorciers maléfiques, où le thym est un poison qui fait dormir mille ans si on le respire, où une armée de scorpions garde les pièces d'or et les pierres précieuses. Mais parfois, on croit seulement jouer et il se passe vraiment des choses étranges.

Mon avis : Qui de nous peut dire qu'il ne s'est jamais ennuyé ? Alors ? C'est une situation dans laquelle nous nous sommes tous déjà trouvés : rien d'intéressant à faire... pas envie de sortir... rien de passionnant à la télévision... Grands ou petits, cela nous arrive parfois (ou souvent ?). Alors, comme Edgar, Frédéric et Manu, les trois personnages principaux de cette histoire, prenons-nous à rêver (malgré nos âges), laissons nos esprits gambadés joyeusement, replongeons dans le monde féerique de l'enfance et inventons-nous des histoires ! Ou alors, lisons-en !

Lecture d'octobre 2013


 C'est pas juste, Susie MORGENSTERN (140 pages)

La quatrième de couverture : "Ah ! Si seulement j'avais de l'argent, beaucoup d'argent", rêve Charlotte. Comme ses parents ne semblent pas disposés à lui en donner, elle décide d'agir et se lance à la conquête de la fortune. Tour à tour porteuse de cartables, journaliste, vendeuse de sandwiches, Charlotte ne ménage ni ses efforts ni son imagination. Parviendra-t-elle à devenir millionnaire ?

Mon avis : J'aime bien la fraîcheur de cette auteure que je connais depuis plusieurs années puisque j'ai l'habitude de faire un rallye-lecture autour de certains de ses livres avec mes élèves. Un petit moment sympathique en compagnie de la petite Charlotte qui, en cherchant la fortune, s'enrichit d'expériences, réfléchit à ses échecs et rebondit vers une autre solution. La narratrice termine en disant "Mais qui vous dit que la vie est juste ?"... En ce début de nouvelle année (Bonne, heureuse et sainte année à chacun !), cela pourrait être une idée de bonne résolution : chercher à être juste dans ses choix, dans ses décisions...

Lecture de 2013


Drôle de voleur !, MOKA (79 pages)

La quatrième de couverture : Fanny veut devenir écrivain, elle a commencé un roman La deuxième mort de Sherlock Holmes et ce n'est pas facile. Elle n'arrive pas à travailler tranquillement. Sa famille refuse de comprendre qu'elle doit s'enfermer dans sa chambre. Surtout sa mère, qui veut à tout prix qu'elle prenne l'air. Comble de l'horreur, son précieux manuscrit disparaît ! Volatilisé, envolé. Personne ne l'a vu. Fanny ne peut pas croire une chose pareille. Elle est décidée à retrouver son livre coûte que coûte. Même s'il lui faut se transformer en détective et oublier quelque temps qu'elle est un écrivain.

Mon avis : Un moment de lecture très sympa. Quand on est plongé dans une activité passionnante et que notre entourage veut nous en faire sortir, c'est très difficile...  Je la trouve très inventive la mère de Fanny... Elle pourrait faire un club avec la mère de Gilou SERIN (le personnage principal de Le plus grand détective du monde) elle ferait des émules ! Une petite astuce sympa à méditer en tant que maman : plutôt que de se braquer, utiliser la ruse et le mystère !

Lecture d'octobre 2013


La grève des fées et autres histoires, Christian OSTER (138 pages)

La quatrième de couverture: Le royaume de Boroman XII est paralysé par un événement rarissime, exceptionnel, historique et social: une grève. La grève des fées. Plus un seul petit coup de baguette magique n'illumine le ciel du pays. Les fées sont très en colère. Pourquoi? Elles refusent de le dire. Elles veulent qu'on devine. Qu'on se creuse un peu la cervelle. qu'on cherche à les connaître vraiment. Bref, elles font leurs intéressantes. Pendant ce temps, évidemment, rien ne va plus dans le royaume. Le géant transformé en nain par une sorcière reste nain, le ministre des Relations extérieures transformé en crapaud par une autre reste crapaud, et le fier cavalier de la garde royale transformé en cheval a beaucoup de mal à chevaucher... son propre cheval. Quant au prince, il végète dans un pot, métamorphosé en (beau) brin d'herbe. Et la grève s'éternise. Jusqu'au jour où le conseiller personnel du roi (pas encore transformé, lui) a une idée.

Mon avis : J'ai préféré la première des trois histoires (La grève des fées). Une écriture de contes mais où les histoires sont vues sous un angle un peu inhabituel : les fées font la grève mais refusent de dire le motif de celle-ci, la princesse n'est pas vraiment belle et personne ne pense que quelqu'un viendra la délivrer de'un malheur qui n'arrive pas, un âne est le roi d'un royaume d'hommes mais ses ministres commencent à trouver sa différence gênante. Un petit moment sympa de lecture.

Lecture du 1er janvier 2014


L'autographe, Susie MORGENSTERN (46 pages)

La quatrième de couverture: Quand la maîtresse demande aux élèves d'apporter leur objet le plus précieux, Hermine n'hésite pas une seconde et montre son autographe de Rostropovitch, musicien de génie. Mais les enfants se moquent d'elle, ils ne s'intéressent pas au génie d'un musicien. La maîtresse leur demande alors quelles sont les personnes qu'ils admirent vraiment. Et là, Hermine va de surprise en surprise.

Mon avis : C'est évidemment une auteure que j'apprécie donc, j'aime ! J'aime sa fraîcheur, sa façon de raconter les choses avec simplicité. Toujours un moment de lecture agréable, à consommer sans modération !  De qui souhaiterais-je obtenir un autographe ? Si c'était d'auteurs encore vivants, ce serait ceux de Susie MORGENSTERN, de MOKA et de Brigitte SMADJA ! Si c'était d'acteurs, ce serait ceux de Kristen STEWART, de Morgan FREEMAN.

Lecture d'octobre 2013


Le Chien des Mers, Marie-Aude MURAIL (61 pages)  

La quatrième de couverture: Dans la famille de Jean, on est corsaire de père en fils et l'on écume les mers au service du roi. C'est plus dangereux que d'aller à l'école. A neuf ans, Jean embarque comme mousse et l'aventure commence : poursuites canonnades et abordages. "Mort aux anglais !" crie Jean avec ses compagnons d'armes. Mais un jour, il rentrera chez lui, à Saint-Malo, où l'attend Toinette, la "fille des fées", qui lui a juré un amour éternel. Et ils se marieront. Et il ne sera plus question de faire la guerre. 

 Mon avis : Un petite histoire sympa. Une relecture afin de pouvoir préparer mes fiches de questions pour le rallye-lecture du prochain trimestre.

Lecture d'octobre 2013


 Le club des crottes, Susie MORGENSTERN (126 pages)

La quatrième de couverture: Il paraît que ça porte bonheur de marcher dedans. En tout cas, c'est comme ça que Jacques a eu son idée géniale, sur le trottoir, en sortant de chez son copain Octave après un après-midi d'ennui. Fonder un club pour éliminer les crottes de chiens, et par conséquent sauver la planète. Tout le monde est cerné et concerné ! Tout le monde en a été victime un jour ou l'autre. Comment faire ? Jacques et Octave réfléchissent, recrutent, organisent, se documentent, apprennent, argumentent, militent, arpentent, affichent... jusqu'au jour où la mamie de Jacques débarque avec un cadeau plus original que jamais. Un cadeau empoisonné. A cause de lui, Jacques a l'impression de passer d'un seul coup du côté de l'ennemi...

Mon avis : C'est un de mes auteures de littérature de jeunesse préférées ! Je me suis beaucoup amusée avec ce livre, je n'ai pas (ou plutôt, plus) de chien mais même si je n'ai encore à ce jour, jamais marcher dans une crotte, je compatis au combat de ces enfants !

Lecture de 2013


Le petit coeur brisé, MOKA (165 pages)

La quatrième de couverture : La vie a commencé de façon plutôt difficile pour Mélaine : à un an, elle a perdu ses parents. A quatre, son grand-père. Et aujourd'hui qu'elle a onze ans, c'est sa grand-mère, Clarisse d'Avillon-Faucher, qui vient de mourir. Elle a toujours été seule et négligée, elle s'est toujours trouvée laide et inutile. Mais en quelques jours, tout bascule. D'abord, Mélaine hérite de la maison et de la fortune de sa grand-mère. Ensuite, elle est recueillie par deux vieilles cousines excentriques, Heidi et Gretchen, qui ont fait quatre fois le tour du monde comme photographes, et qui décident de la retirer de son collège chic et coincé pour lui apprendre elles-mêmes à nager, à manger des hamburgers, à dessiner les chats et à calculer l'éloignement des étoiles. Enfin, dans les albums de photo de sa grand-mère, Mélaine découvre le portrait d'une petite fille inconnue qui porte au cou un médaillon en forme de coeur. Or Mélaine a hérité de sa grand-mère un pendentif... en forme de coeur, cabossé et brisé. Qui est la petite fille ? Qu'est-il arrivé au médaillon pour qu'il soit si abimé ? Pour l'apprendre, Mélaine va devoir déterrer les sombres histoires de sa famille et affronter voleurs, assassins, et autres fantômes du passé.  

Mon avis : C'est un de mes auteures de littérature de jeunesse préférées ! Je l'ai lu dans l'optique d'étoffer un de mes rallyes-lectures. J'ai beaucoup aimé, le suspens y était intense ! Un très beau moment de lecture.

Lecture de 2013


Le plus grand détective du monde, MOKA et Jean-François MARTIN (39 pages)

La quatrième de couverture: Gilou SERIN est le plus grand détective du monde. C'est simple : aucune affaire ne lui résiste. Rollers égarés, boucle d'oreille perdue : il retrouve tout. Un jour, une nouvelle cliente - sa mère - lui propose une enquête très délicate :  le vase de la table du salon a disparu. Le coupable n'est peut-être pas si loin que ça...

Mon avis : J'ai été agréablement surprise par cette petite histoire, et j'en rigole encore quand je pense à cette maman-détective ! Cela me donne des idées pour mes deux petits moustiques ! Il ne manque vraiment pas d'air ce Gilou SERIN !

Lecture d'octobre 2013


 Le poisson dans le bocal, MOKA (46 pages)

La quatrième de couverture: Anaïs est une très jolie petite fille. Il y a juste une chose, un petit détail qui cloche un peu : elle a un oeil qui regarde le ciel et un qui regarde les pâquerettes. Jusqu'à présent, cela ne l'avait jamais gênée. Mais depuis que Daniella, une nouvelle, est arrivée dans la classe, c'est différent. Daniella se moque d'elle à longueur de journée. Elle l'appelle "la bigleuse". Et maintenant, ça fait rire presque toute la classe. Anaïs est prête à beaucoup de choses pour retrouver ses amis et pour que sa vie redevienne simple et normale...

Mon avisUne petite histoire émouvante sur la différence, le handicap et le difficile regard des autres.  Apprendre à s'accepter : tout un programme mais c'est une étape indispensable dans la vie.

Lecture d'octobre 2013


 Oedipe, Yvan POMMAUX (43 pages)

La quatrième de couverture: Oedipe ? Aujourd'hui on le connaît surtout à cause de son fameux "complexe", cher aux psychanalistes. Mais il est d'abord le héros d'un des drames les plus sombres de la mythologie grecque. Enfant abandonné, recueilli par le roi et la reine de Corinthe, il grandit dans le luxe et les honneurs avant d'être victime de la terrible malédiction qui pèse sur lui depuis sa naissance : à cause d'elle, il tuera son père et épousera sa mère, sans savoir qu'il est leur fils, apprenant la vérité, il se crève les yeux et mène désormais sur les routes une existence de vagabond...

Mon avis : J'ai bien aimé ce petit moment de littérature sur la mythologie. Oedipe (qui se prononce "édipe") est connu effectivement pour "son" complexe et c'est toujours agréable d'avoir connaissance des causes qui ont entraîné cette tragédie. 


Qui a peur de madame Lacriz ?, Marie-Aude MURAIL (91 pages)

La quatrième de couverture: Etes-vous pour ou contre les devoirs à la maison ? Solène, qui est en CM1, est contre. Et a maman n'est pas tellement pour non plus, à force de passer ses soirées à chercher des renseignements sur l'art roman, l'art gothique et les effets de la déforestation en Amazonie. Peut-être cela serait moins dur, si Solène n'avait pas comme institutrice madame Lacriz...

Mon avis : J'avais acheté ce livre depuis plus d'un an et il attendait depuis sur une étagère ! Un moment sympa de lecture pour préparer un de mes rallyes-lectures pour l'année scolaire prochaine. Je pense en faire un autour de deux auteures de littérature de jeunesse : Marie-Aude MURAIL et Moka (Elvire MURAIL de son vrai nomet elle est la soeur de Marie-Aude MURAIL)

Lecture de 2013


Supermoyen, Susie MORGENSTERN (67 pages)

La quatrième de couverture: Alexandre est moyen. Supermoyen. A l'école, à la maison, avec ses amis ou avec sa famille, il ne se distingue en rien. Et cela pourrait continuer comme ça, jusqu'à la saint-glinglin... Mais Alexandre n'est pas satisfait, il voudrait vraiment se situer un petit peu au-dessus de la moyenne. Un jour, une CHOSE arrive dans son appartement, offerte par son parrain. La CHOSE a un clavier noir et blanc, pèse trois cent cinquante kilos et ne repartira plus. Grâce à elle, la vie d'Alexandre va changer...  (67 pages)

Mon avis : Un petit personnage attachant cet Alexandre. Petit moment sympa... comme toujours avec Susie MORGENSTERN. On a tous envie de briller dans un domaine (au moins).

Lecture d'octobre 2013


 Tu veux être ma copine ?, de Susie MORGENSTERN (68 pages)  

La quatrième de couverture: Es-tu mayonnaise ou ketchup ? Aimes-tu parler ou écouter ? Veux-tu une amie pour t'amuser ou pour parler de choses sérieuses ? Préfères-tu une amie qui te ressemble ou une qui soit différente de toi ? Aimes-tu les potins ? A quoi servent les amis ? Et ainsi de suite... Seule et misérable, Hedwige, qui vient de déménager, se lance dans les ressources humaines et met au point un questionnaire pour recruter de nouveaux amis. Après ça, quelque chose devrait forcément lui arriver...

Mon avis :   Toujours un petit moment de fraîcheur en compagnie des personnages attachants de Susie MORGENSTERN. Que l'on soit petit ou grand, on a tous besoin d'avoir des personnes sur qui l'on peut compter, à qui l'on peut se confier et trouver la perle rare n'est pas une mince affaire !  Et comme le dit le proverbe, "les amis se comptent sur les doigts de la  main"...

Lecture d'octobre 2013


 Ulysse, Yvan POMMAUX (71 pages)

La quatrième de couverture: Certains hommes ont un courage admirable mais savent aussi éviter les risques inutiles. Grâce à quoi ils survivent, et peuvent continuer longtemps à se conduire en héros. Le modèle du héros prudent, c'est Ulysse, le combat aux mille ruses, dont Homère nous a conté les exploits datant de la guerre de Troie, et qu'Yvan POMMAUX resuscite aujourd'hui en images. La naissance du héros est telle que, nous suivons avec passion les aventures du roi d'Itaque regagnant son île après la victoire des Grecs sur les Troyens. Nous le voyons surmonter l'un après l'autre les multiples obstacles qui se dressent sur la route au cours des dix longues années que dure son voyage de retour, jusqu'à la difficulté finale, celle qui l'attend à la maison, et qui va prendre l'allure d'un sanglant règlement de comptes. L'Odyssée, quelle histoire !  

Mon avis : J'ai bien aimé ce petit moment de littérature sur la mythologie. Je connaissais un peu Ulysse par Pénélope (son épouse) qui faisait et défaisait son ouvrage, attendant fidèlement le retour de son époux, par Télémaque (son fils), par les sirènes aux voix envoûtantes... Tout le reste m'était complètement inconnu. Une belle découverte donc ! 


 Un tag pour Lisa, Stéphane DANIEL (77 pages)

La quatrième de couverture : Cette fille-là, c'est sûr, il ne l'avait jamais vue ; d'ailleurs il n'avait vu nulle part une fille pareille. Quand Diembi croise le regard à la menthe de Lisa Michigan, il a l'impression de recevoir un coup de poing dans le ventre. Mais face à lui, elle reste de marbre même si ses talents de graffeurs suscitent l'admiration de tous. Un soir, tout bascule : la belle aux boucles noires est enlevée par une bande de malfrats. Diembi et sa bande de "Mousquetaires" décident alors de mener l'enquête en faisant "parler les murs" avec leurs tags...

Mon avis : Une lecture faite pendant le passage du cyclone Dumile à proximité des côtes de l'île de La Réunion. J'aime bien le genre policier. Ici, évidemment ce n'est pas une intrigue très compliquée vu que les enquêteurs sont des enfants, mais une petite lecture sympa tout de même.


22 !, Marie-Aude MURAIL (52 pages)

La quatrième de couverture: Le jeune Vladimir voulait juste rire. A l'occasion de la naissance du tout petit riquiqui duc Ivan, en l'an de grâce 1720, il avait composé un innocent petit poème plein de mots en V et de rimes en vlan ! Mais le grand-duc prit la mouche. Pour que plus personne ne reprenne en chœur le poème devenu chanson à succès, le grand-duc eut une idée formidable : interdire tous les mots contenant la lettre V. D'abord sous peine d'amende. Puis d'avoir la langue coupée. Une police spéciale de Répression du V fut créée pour surveil... non, pour écouter les conversa... heu, les bavarda... oh, zut ! Est-ce encore possible de parler ?  

Mon avis : Une idée originale d'interdire une lettre ! Cela donne lieu à une recherche effrénée de synonymes pour remplacer les mots interdits ! Un moment agréable de lecture. Cela me rappelle aussi le groupe de l'Oulipo (OUvroir de LIttérature POtentielle) avec les écritures à contraintes.

Lecture d'octobre 2013

 

Posté par AntigoneFlo à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2013

Le théâtre au XXème siècle

Antigone, Jean ANOUILH (1946)

Ce qui s'est passé avant que cette histoire ne commence... : Antigone, Ismène, Etéocle et Polynice sont les quatre enfants nés de l'union incestueuse du roi de Thèbes (Œdipe) et de sa propre mère, Jocaste. Oedipe est chassé de Thèbes par ses frères et, les yeux crevés, il doit mendier sa nourriture sur les routes, Antigone lui sert de guide. Elle veille sur lui jusqu'à la fin de son existence et l'assiste dans ses derniers moments. Puis, elle revient à Thèbes et connaît une nouvelle épreuve : ses frères (Polynice et Etéocle) se disputent le pouvoir. Polynice fait appel à une armée étrangère pour assiéger la ville et combattre son frère Etéocle. Après leur mort, Créon, leur oncle, prend le pouvoir. Il ordonne des funérailles imposantes et solennelles pour Etéocle et considérant Polynice coupable, il interdit qu'il lui soit donné une sépulture. L'âme de Polynice ne connaîtra donc jamais de repos.

Le résumé : Antigone considère comme sacré le devoir d'ensevelir les morts. Elle se rend une nuit auprès du corps de Polynice et verse sur lui, selon le rite, quelques poignées de terre. Son oncle en est informé par un garde. On la lui amène et il la condamne à mort après avoir essayé de la sauver. Elle est enterrée vive dans un tombeau, et, plutôt que de mourir de faim, elle préfère se pendre. Désespéré, Hémon, fils de Créon et fiancé d'Antigone se suicide. Eurydice, la mère de ce dernier, ne peut supporter la mort de son fils et met, elle aussi, fin à ses jours.

Mon avis : J'aime beaucoup le théâtre et particulièrement les tragédies, alors, bien évidemment, cette oeuvre qui est une de mes préférées et que je viens de relire pour la troisième fois a une valeur particulière. A ma première lecture, j'étais en première et c'était une des oeuvres à préparer pour le baccalauréat... et c'est celle sur laquelle j'ai été interrogée à l'oral (sur le prologue plus exactement), j'ai eu une très bonne note (16/20!). Je l'ai relue plus tard pendant mes années d'étudiante. Et là, à l'approche de la quarantaine, elle me plait toujours !

Quelques unes de mes citations préférées : (elles sont toutes d'Antigone)

- Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu’il faut absolument aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent.

- Moi, je ne suis pas obligé de faire ce que je ne voudrais pas.

- Moi, je peux dire « non » encore à tout ce que je n’aime pas et je suis seule juge. Et vous, avec votre couronne, avec vos gardes, avec votre attirail, vous pouvez seulement me faire mourir parce que vous avez dit « oui ».

- Pauvre Créon ! Avec mes ongles cassés et pleins de terre et les bleus que tes gardes m'ont faits aux bras, avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine.

Des informations sur cette pièce :

- Pièce de théâtre en seul acte présentée pour la première fois à Paris le 4 février 1944 au théâtre de l’Atelier dans une mise en scène d’André BARSACQ.

Biographie de Jean ANOUILH :

Naissance : 23 juin 1910. (Bordeaux, France)

C'est un écrivain et dramaturge. Il est fasciné très tôt par le théâtre, notamment par Giraudoux. Il écrit L’hermine (1932) qui connaît un certain succès, tandis que La mandarine (1933) et Y’avait un prisonnier (1935) sont des échecs. En 1937, avec Georges Pitoëff et André Barsacq, ils montent successivement Le voyageur sans bagage (1937) et Le bal des voleurs (1938). Ces deux pièces sont des réussites.

Il publie alors de nombreuses pièces qu’il classe selon une thématique : pièces roses (comédies), pièces noires (plus graves), pièces brillantes, pièces grinçantes, pièces costumées, pièces baroques, pièces secrètes, pièces farceuses. En 1944, Antigone est un succès ; avec sa volonté de dire "non", elle apparaît comme le symbole de la résistance face à l’occupant.

Il reste un auteur difficilement « classable », ses pièces allant du comique au tragique, de la comédie de mœurs au drame bourgeois, du lyrisme à la bouffonnerie. Les thèmes abordés sont le refus de l’hypocrisie et du mensonge, l’enfance perdue, l’impossibilité de l’amour. Ses héros sont prisonniers de leur passé, de leur position sociale, de leur pauvreté. Le seul moyen pour s’en sortir reste la fuite ou encore la mort.

Mort : 3 octobre 1987 (Lausanne, Suisse).


 Les Bonnes, Jean GENET (1947)

Le résumé : Une bonne se retourne contre sa maîtresse car Madame l'a insultée. Solange et Claire (les bonnes) sont deux soeurs. La première s'amuse à incarner Claire, tandis que la seconde joue le rôle de Madame. Elles se disputent tandis qu'elles rangent la chambre de leur maîtresse. En effet, Claire a envoyé des lettres anonymes à la police pour que l'amant de leur maîtresse, Monsieur, soit emprisonné. Mais elle reproche aussi à sa sœur de ne pas avoir tué Madame par manque de courage. A cet instant, Monsieur les appelle pour les informer qu'il a été libéré et qu'il attendra son amante en ville. Claire et Solange sont dévastées car leur plan n'a pas fonctionné. Cela pousse Claire à formuler son vœu d'assassiner Madame. Lorsque cette dernière vient sonner, toutes deux se mettent d'accord sur le déroulement des évènements : Claire ajoutera dix pilules de gardénal dans le tilleul de Madame. Madame entre et se plaint de l'arrestation de Monsieur. Claire apporte le tilleul empoisonné, toutefois, Madame ne le boit pas. Les bonnes lui annoncent la libération provisoire de Monsieur. Madame quitte la maison pour le rejoindre, sans avoir touché à son tilleul. Claire reprend alors le rôle de Madame et s'acharne contre sa sœur Solange. Celle-ci perd le contrôle et laisse éclater sa fureur. Claire, dépassée, lui demande grâce, mais elle persiste dans le jeu et demande à sa sœur de lui remettre le tilleul, qu'elle boit d'un trait. Solange devra donc passer le restant de ses jours en prison.

Mon avis : Une lecture "conseillée" pour les "études"... Alors, que dire ? Le côté sadique n'est pas mon truc mais l'idée du personnage qui joue un autre personnage jusqu'à ne faire qu'un avec ce second rôle me paraît intéressante. Solange finit par être et personnage et spectatrice. Elle cesse de faire comme, de faire semblant de jouer le rôle de sa maîtresse... dans son esprit, elle finit par devenir Madame. Jusqu'à quel point peut-on s'identifier à quelqu'un d'autre ?

Biographie de Jean GENET :

Naissance : 19 décembre 1910 (Paris, France).

Sa mère l’abandonne à la naissance et il devient pupille de l’Assistance publique. Très jeune, il commet son premier vol et éprouve ses premiers émois homosexuels, éléments fondateurs du mythe Genet.

Dès son adolescence il commence une existence marginale et rebelle, il connaît même la prison à plusieurs reprises. Il écrit sa première œuvre en 1942, Le condamné à mort alors qu'il est emprisonné. Plusieurs romans autobiographiques vont suivre - Notre Dame des fleurs (1944), Miracle de la rose (1946), Querelle de Brest (1947), Pompes funèbres (1947) - mais ces premiers romans sont censurés car jugés pornographiques. Jean Cocteau et Jean-Paul Sartre le font découvrir et le défendent, l’un en lui évitant la prison à perpétuité et l’autre en écrivant, en 1952, Saint Genet comédien et martyr.

A partir de 1947, Jean Genet écrit essentiellement des pièces de théâtre qui sont des protestations sociales et politiques : Les bonnes (1947), Haute surveillance (1949), Les nègres (1959), Les paravents (1961). Il met en place avec Michel Foucault un observatoire des prisons, prend parti pour les indépendantistes algériens, s’engage auprès des Black Panthers et des Palestiniens : Le captif amoureux (1986) et L’ennemie déclaré (posth. 1991) en sont l’illustration.

Il n’attire plus les foudres de la critique et il est un des auteurs dramatiques les plus joués du répertoire français. Il obtient en 1983 le Grand Prix national des lettres.

Mort : 15 avril 1986 (Paris, France).


 En attendant Godot, Samuel BECKETT (1952)

Des informations sur la pièce : Cette pièce de théâtre en deux actes est parue en 1952 aux Editions de Minuit et a  été créée le 5 janvier 1953 au théâtre de Babylone à Paris, dans une mise en scène de Roger Blin. C’est la première pièce que Samuel Beckett (qui est irlandais) ait écrite directement en français. Elle met en scène deux couples de personnages — Estragon et Vladimir, Pozzo et Lucky — et répète le même scénario sur deux actes. L’action se déroule le soir sur une route de campagne. Le seul élément de décor est un arbre dénudé.

Le résumé : Acte 1 : Estragon et Vladimir sont très heureux de se retrouver. Ils parlent de choses et d’autres :  de sa chaussure qui lui fait horriblement mal pour Estragon et du suicide, de la culpabilité et de la repentance pour Vladimir.  Ils attendent tous deux la venue improbable d'un certain Godot qu'ils ne connaissent pas mais dont ils espèrent qu’il leur apportera une réponse à toutes leurs attentes. Godot n'arrivant pas, les deux hommes se mettent à parler, pour passer le temps, pour combler le vide et le silence qui surviendraient si la parole n’était pas. Ils se disputent, se réconcilient et parlent encore de suicide. Deux nouveaux personnages paraissent : Pozzo et Lucky, le second tel un chien est tenu en laisse par le premier. Pozzo fouette Lucky et l’injurie. Il semble  représenter le pouvoir et  l’autorité. Pour distraire Vladimir et Estragon, Pozzo demande à Lucky de danser et de penser à voix haute, ce dernier tient un discours insensé.  Puis ils s’en vont laissant seuls Vladimir et Estragon. Un jeune garçon arrive et annonce  que Godot ne viendra pas ce soir, mais peut-être le lendemain. Acte 2 : Le second acte ressemble au premier. L’action se déroule le lendemain au même endroit, à la même heure. Les deux clochards imitent Pozzo et Lucky qui réapparaissent. Le premier est  devenu aveugle et le second ne parle plus. Le jeune garçon vient à nouveau. Il dit pourtant n’être pas venu la veille. Il annonce aux deux clochards que Godot reporte son rendez-vous. Vladimir et Estragon songent à se pendre, mais la ceinture d’Estragon n’est pas assez solide. Les dernières répliques de la pièce sont les mêmes que celles de la fin du premier acte.

Mon avis : Une lecture "conseillée" pour les études. Une petite pièce de théâtre qui se lit facilement mais qui est assez étrange... Deux hommes parlent pour ne pas dire grand chose, ils font passer le temps. Le lendemain, même lieu, mêmes personnages. De nouveau, des discussions vides. Godot ne viendra pas aujourd'hui mais demain... Une histoire sans fin avec des amnésies des personnages.  

Quelques-unes de mes citations préférées :

Voilà l'homme tout entier, s'en prenant à sa chaussure alors que c'est son pied le coupable.

En attendant, essayons de converser sans nous exalter, puisque nous sommes incapables de nous taire.

Nous naissons tous fous. Quelques uns le demeurent.

Biographie de Samuel BECKETT : 

Naissance : 13 avril 1906 (Dublin, Irlande).

Il est issu d'une famille protestante aisée. Il passe sa jeunesse à Dublin. Mais il vit à Paris où il rencontre notamment James Joyce et des artistes d'avant-garde. Son premier texte est intitulé Murphy. Pendant la guerre, il s'engage dans la Résistance, il écrit son deuxième roman Watt et invente la figure du "clochard" que l'on retrouve constamment dans ses oeuvres. Il écrit aussi Premier amour, Molloy... et des pièces de théâtre, Eleuthéria... C'est en 1953, lors d'une représentation de sa pièce En attendant Godot, qu'il acquiert sa renommée mondiale. Il consacre la suite de sa carrière à des textes courts, à la traduction de ses textes et à la mise en scène de ses pièces. S'il écrit en français, c'est pour limiter l'usage de la langue. Son œuvre est austère, il exprime l'impossibilité de vivre en sachant la finitude de l'existence.

Mort : 22 décembre 1989 (Paris, France).


 Fin de partie, Samuel BECKETT (1957)

Des informations sur la pièce : Cette pièce de théâtre en un acte unique est parue en 1957. Elle met en scène quatre personnages : Nagg, Nell, Hamm et Clov. Leurs prénoms sont déjà des jeux de mots : Hamm vient de hammer - marteau en anglais -, les trois autres viennent du mot "clou".

Le résumé : L'essentiel de la pièce se passe entre deux des personnages : Clov et Hamm qui sont père et fils. Les deux autres, Nagg et Nell sont les parents de Hamm. Le jeu est essentiellement statique pour Nagg et Nell (qui vivent même dans des poubelles) ainsi que pour Hamm qui est infirme et aveugle. Le seul qui se déplace est Clov mais lui aussi est assez mal en point. L'auteur joue sur le langage qui se bloque : il y a de nombreuses didascalies indiquant un temps et de nombreuses indications montrant que le personnage s'ennuie pendant son propre discours (il baille).

Mon avis : Une lecture "conseillée" pour les études. Une petite pièce de théâtre qui se lit facilement mais qui est assez étrange... Ayant lu précédemment une autre pièce de BECKETT, j'étais déjà préparé à cette idée. Je l'ai découverte à travers un ouvrage théorique sur le théâtre et j'ai vraiment eu envie d'aller plus loin et de me faire ma propre opinion.


 Le Roi se meurt, Eugène IONESCO (1963)

Des informations sur la pièce : Cette  pièce en un acte a été créée au Théâtre de l'Alliance française en décembre 1962.

Le résumé : Le roi Bérenger Ier règne sur un territoire indéterminé. La salle du trône est sale et inconfortable, il y fait froid, le chauffage refuse de fonctionner, le soleil se rebelle et les murs du palais se fissurent.  La reine Marie se lamente de cette dégradation, ce qui ne plait guère à la reine Marguerite. Il faut annoncer au roi que la fin de son règne est proche. Marie refuse l'évidence et veut croire que le roi pourra échapper à son destin. Marguerite fait preuve d'une froide lucidité. Le Médecin est formel, il n'est plus possible d'opérer le roi. Le drame est inévitable. Le roi refuse d'admettre l'évidence. Il croit en son pouvoir : « Je mourrai dit-il quand je voudrai, je suis le roi, c'est moi qui décide » Toute la cour, à l'exception de Marie, lui décrit son déclin inévitable. Il tente en vain de commander la nature, les choses et les êtres qui l'entourent. Marguerite annonce alors le compte à rebours fatidique : « Tu vas mourir dans une heure vingt-cinq minutes ». Le garde indique que la funèbre cérémonie va commencer.

Mon avis : Une histoire délirante (comme toujours avec Eugène IONESCO) d'un roi qui refuse de croire qu'il va mourir dans un premier temps puis qui essaie de refuser de mourir mais qui finira tout de même par mourir ! Très narcissique ce roi Bérenger Ier ! J'aime bien la façon d'écrire d'IONESCO, sa manière de jouer avec les mots, d'écrire pour ne pas dire grand chose mais pour dire tellement de choses (vraies) en même temps !   

Biographie d'Eugène IONESCO :

Naissance : 26 novembre 1909 (Slatina, Roumanie).

Après une enfance passée à Paris, il rejoint son père à Bucarest. Dès 1930, il entame une longue collaboration avec la revue de critique littéraire Zodiac. En 1938, il fuit la Roumanie devant la montée du fascisme, un régime contre lequel il se battra toute sa vie. A Lyon, il fréquente l'avant-garde intellectuelle et artistique et développe ainsi son esprit libre et son don pour la provocation. Sa première pièce La Cantatrice chauve, rendue publique en 1950, ne reçoit qu'un accueil froid. Elle marque pourtant la naissance d'une nouvelle forme de théâtre, loin des codes classiques. Dès 1952, Ionesco publie chaque année de nouvelles pièces - dont Rhinocéros, Les Chaises, La Leçon et Le Roi se meurt - et acquiert finalement une renommée internationale et officielle. Il entre à l'Académie française en 1970 et il est nommé officier de la Légion d'honneur en 1984. Avec Samuel Beckett, il a écrit les plus grandes pièces du théâtre de l’absurde, mêlant comique et désespoir. Car si ses pièces font rire, c'est pour libérer l'homme de sa solitude indépassable et du ridicule de sa condition d'humain.

Mort : 28 mars 1994 (Paris).


 

Posté par AntigoneFlo à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2013

Le Roman au XXème siècle

 CROSSFIRE - Dévoile-moi, Sylvia DAY (407 pages)

La quatrième de couverture : Lorsqu'il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu'il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j'en fus ébranlée. J'ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu'il avait de posséder et de dominer, de l'abîme au bord duquel il oscillait. Je n'imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l'autre (un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient). Je ne mesurais pas encore la profondeur de l'amour qui allait nous unir.

 CROSSFIRE - Regarde-moi, Sylvia DAY (442 pages)

La quatrième de couverture : Gideon Cross. Aussi beau et parfait à l'extérieur, qu'il est détruit et tourmenté à l'intérieur. Il était lumineux, une flamme à laquelle je me suis brûlée pour les plus sombres plaisirs. Je ne pouvais pas rester loin de lui. Je ne voulais même pas le faire. Il était mon addiction ... tous mes désirs ... mien. Mon passé était aussi violent que le sien, et j'étais tout aussi cassée. Cela n'aurait marché. C'était trop dur, trop douloureux ... sauf quand c'était parfait. Ces moments de faim et d'amour désespéré étaient une folie des plus exquises. Nous étions liés par notre besoin. Et notre passion nous mènerait au-delà de nos limites, à la frontière de l'obsession ...

 CROSSFIRE - Enlace-moi, Sylvia DAY (442 pages)

La quatrième de couverture: Parce qu'il me savait menacée, Gideon avait pris des risques insensés. Pour me protéger, il s'était chargé du pire des fardeaux. Son geste était la plus bouleversante des preuves d'amour, mais il nous séparait autant qu'il nous rapprochait. Prisonniers de nos secrets, nous étions plus que jamais prêts à défier le destin pour être ensemble. Je pressentais toutefois que ce passé qui nous avait déjà tellement meurtris pouvait, à tout instant, nous rattraper.

Mon avis : Une histoire passionnante mais un peu crue par moment... Pas une lecture à mettre entre n'importe quelles mains : on est ici dans une catégorie histoire d'amour où se mêle l'érotisme. Ceci dit, il est bien atteint ce Gideon Cross !


FIFTY SHADES - Cinquante nuances de Grey, E.L. JAMES (594 pages)

La quatrième de couverture: Lorsqu'Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime chef d'entreprise Christian Grey, elle est à la fois séduite et profondément intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l'oublier - jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille à mi-temps et lui propose un rendez-vous. Naïve et innocente, Ana est troublée de constater qu'elle est follement attirée par cet homme. Quand il lui suggère de garder ses distances, elle ne l'en désire que davantage. Mais Grey est tourmenté par ses démons intérieurs et le besoin de tout contrôler. Lorsqu'ils entament une liaison passionnée, Ana découvre son pouvoir érotique, ainsi que la part obscure que Grey tient à dissimuler...

 FIFTY SHADES - Cinquante nuances plus sombres, E.L. JAMES (594 pages)

La quatrième de couverture: Dépassée par les sombres secrets de Christian Grey, Ana Steele a mis un terme à leur relation pour se consacrer à sa carrière d'éditrice. Mais Grey occupe toujours toutes ses pensées et, lorsqu'il lui propose un nouvel accord, elle ne peut pas y résister. Peu à peu, elle découvre le douloureux passé de son sulfureux M. Cinquante Nuances. Tandis que Christian lutte contre ses démons intérieurs, Ana doit prendre la décision la plus importante de sa vie...

FIFTY SHADES - Cinquante nuances plus claires, E.L. JAMES (594 pages)

La quatrième de couverture: A présent réunis, Ana et Christian ont tout pour être heureux : l'amour, la fortune, et un avenir plein de promesses. Ana apprend à vivre dans le monde fastueux de son M. Cinquante Nuances sans perdre son intégrité ni son indépendance tandis que Grey s'efforce de se défaire de son obsession du contrôle et d'oublier son terrible passé. Mais bientôt, alors que tout semblait leur sourire, le destin les rattrape et leurs pires cauchemars deviennent réalité... Un happy end est-il possible pour Grey et Ana ?

Mon avis : Une fois n'est pas coutume : je ne donne mon avis qu'après avoir lu la trilogie Fifty Shades dans son ensemble. Eh bien... les premiers mots qui me viennent à l'esprit  sont déroutant... captivant... flippant... émouvant... La lecture du tome 1 m'a paru "très crue" à bien des endroits mais l'histoire "d'amour" entre Ana et Christian m'a plu, le côté sadique pas du tout par contre. En revanche, l'idée de rester soi-même tout en cherchant à faire de son mieux pour se rapprocher de l'être aimé m'a beaucoup touché, ainsi que l'idée de s'investir tout en cherchant à garder son intégrité. On ne peut pas changer réellement ce que l'on est mais, par amour pour l'autre, on peut faire bien des efforts et réorienter ses priorités. Ensuite, je pense aussi, comme Ana, que l'amour vrai peut guérir les blessures, les fêlures de l'autre et les siennes.  Ceci dit, ce ne sont pas des livres à mettre entre n'importe quelles mains...


Inconnu à cette adresse, KRESSMANN TAYLOR (86 pages)

La quatrième de couverture : Ils sont tous deux allemands. L'un est juif, l'autre non, et leur amitié semble indéfectible. Ils s'expatrient pour fonder ensemble une galerie d'art en Californie mais, en 1932, Martin rentre en Allemagne. Au fil de leurs échanges épistolaires, Max devient le témoin impuissant d'une contamination morale sournoise terrifiante : Martin semble peu à peu gagné par l'idéologie du IIIème Reich. Le sentiment de trahison est immense ; la tragédie ne fait que commencer...

L'histoire : L'auteur de cette oeuvre est Katherine Kressmann Taylor (1903-1997), elle est surnommée Kressmann Taylor. Elle a effectivement été en possession de quelques lettres et les a romancées. Contrairement à ce que dit la quatrième de couverture de ce livre, ils ne sont pas tous les deux allemands : Martin SCHULSE l'est alors que Max EISENSTEIN, lui, est américain ; ce dernier a fait ses études en Allemagne et est juif. Alors que Max est célibataire, Martin, lui, est marié et père de famille. Ils sont tous deux marchands de tableaux dans une galerie d'art Schulse-Eisenstein ; ils sont amis. Martin décide de rentrer au pays et les deux hommes s'écrivent 19 lettres entre novembre 1932 et mars 1934. On découvre que la soeur de Max (Griselle) a été la maîtresse de Martin. Elle est comédienne et avec sa troupe, ils vont aller jouer en Allemagne. Martin assure à son ami que Griselle trouvera un foyer chez eux. Au fil de la correspondance, Martin se rapproche de l'idéologie nazie et y adhère. Il demande à son ami de ne plus lui écrire sauf s'il a quelque chose d'essentiel à lui dire. Martin adhère donc totalement à la propagande nazie, il n'a plus le droit de correspondre avec un juif, Max n'est donc plus l'ami mais seulement un juif. Max, de son côté, pense d'abord que son ami tient de tels propos par crainte de la censure. Il apprend de Martin lui-même que Griselle est venue chercher refuge chez lui car on avait découvert qu'elle était juive. Martin l'a rejetée et elle s'est fait fusiller par les S.A.  Max décide alors de se venger et écrit trois lettres dans lesquelles le contenu fait penser à des lettres codées. Martin ne reçoit pas directement ses lettres, on le convoque et il est alors soupçonné de trahison. Max écrit une dernière lettre codée qui lui revient avec la mention "Inconnu à cette adresse" ce qui laisse supposer que Martin a été arrêté et que, très certainement, il a été exécuté.

Mon avis : Le livre se lit très rapidement même si l'histoire qui y est racontée est, elle ,emprunte de gravité. Un moment de lecture prenant, émouvant.

Lecture du mois d'août 2013 


 La fiancée de Bombay, Julia GREGSON (697 pages)

La quatrième de couverture: Automne 1928. Trois jeunes anglaises embarquent sur un bateau à destination de l'Inde. Pour Viva, ce voyage est avant tout le moyen de revenir sur les traces de ses parents morts à Bombay alors qu'elle était enfant. Rose, ravissante jeune fille d'une dangereuse candeur, est sur le point de se marier à un officier de cavalerie colonial qu'elle connaît à peine. Victoria, sa demoiselle d'honneur, pleine d'imagination, se montre déterminée à perdre sa virginité au cours du voyage, avant de se trouver un époux aux Indes. Toutes les trois ont des raisons différentes de quitter l'Angleterre, mais les bagages d'espoirs et de secrets qu'elles emportent ne les ont pas préparées à ce qui les attend...

Mon avisUn bon moment de lecture sur fond d'histoires d'amour, d'amitié, de statut de la femme en Inde et ailleurs. Histoire de confiance en soi aussi.

Lecture de janvier 2013


 Si c'était à refaire, Marc LEVY (422 pages)

La quatrième de couverture: Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l'Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s'effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012... Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. A compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin. De New York à Buenos Aies, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu'au dénouement... à couper le souffle.

Mon avis : Lecture pendant le passage du cyclone tropical Dumile à proximité de l'île de La Réunion. Lecture souvent interrompue, non pas parce que le livre ne me motivait pas, mais parce que le bruit de la pluie et surtout du vent me stressait... J'ai bien aimé les allusions avec deux autres romans de l'auteur, à savoir : "Et si c'était vrai..." et "Vous revoir" (l'inspecteur Pilguez, le docteur Lauren Kline, Arthur...). L'intrigue était bien mais j'aurai aimé une autre fin. Je suis du genre optimiste !  D'un autre côté, la fin parait plus logique que si cette deuxième chance avait réellement existé... Je suis assez contente de mes capacités de déduction car j'avais entrevu une petite partie de la vérité !

Lecture de janvier 2013


W ou le souvenir d'enfance, Georges PEREC (222 pages)

La quatrième de couverture: Il y a dans ce livre deux textes simplement alternés ; il pourrait presque sembler qu'ils n'ont rien en commun, mais ils sont pourtant inextricablement enchevêtrés, comme si aucun des deux ne  pouvait exister seul, comme si de leur rencontre seule, de cette lumière lointaine qu'ils jettent l'un sur l'autre, pouvait se révéler ce qui n'est jamais tout à fait dit dans l'un, jamais tout à fait dit dans l'autre, mais seulement dans leur fragile intersection. L'un de ces textes appartient tout entier à l'imaginaire ; c'est un roman d'aventures, la reconstitution, arbitraire mais minutieuse d'un fantasme enfantin évoquant une cité régie par l'idéal olympique. L'autre texte est une autobiographie : le récit fragmentaire d'une vie d'enfant pendant la guerre, un récit pauvre d'exploits et de souvenirs, fait de bribres éparses, d'asences, d'oubli, de doutes, d'hypothèses, d'anecdotes maigres. Le récit d'aventures, à côté, a quelque chose de grandiose, ou peut-être de suspect. Car il commence par raconter une histoire et, d'un seul coup, se lance dans une autre : dans cette rupture, cette cassure qui suspend le récit autour d'on ne sait quelle attente, se trouve le lieu initial d'où est sorti ce livre, ces points de suspension auxquels se sont accrochés les fils rompus de l'enfance et la trame de l'écriture.

Mon avis :  Une lecture obligatoire (études)... Une histoire dans laquelle j'ai eu beaucoup de mal à entrer : la juxtaposition de textes m'a souvent fait perdre le fil de chacune des histoires et quand, enfin, j'ai commencé à apprécier l'histoire du narrateur (en italique) et à me demander ce qui était réellement arrivé au vrai Gaspard WINCKLER, quel était son lien avec l'île W, s'il s'y était échoué, ... je suis passée à la partie deux et là, je me suis demandé si un autre narrateur avait remplacé le faux Gaspard WINCKLER, si les textes en italique de la deuxième partie avait un rapport avec ceux de la première partie, car hormis le fait qu'on y parlait d'une île W, je ne voyais plus où on allait... Les longues descriptions sur l'organisation sportive sont assez pénibles à lire à la longue et... la description de la conception des enfants et du sort réservé aux vaincus des compétitions sont insupportables à lire ! Bref, une autobiographie étrange où se mêlent réalité, recherche de souvenirs d'enfance et fiction, fiction qui n'en est pas réellement une... J'ai appris depuis peu que c'est une autofiction !

 

Posté par AntigoneFlo à 03:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 décembre 2013

La poésie au XIXème siècle

Le Spleen de Paris, Charles BAUDELAIRE (1862)

Charles BAUDELAIRE a eu l'idée de décrire "une vie moderne et abstraite" en s'inspirant de Gaspard de la Nuit d'Aloysius Bertrand. C'est un recueil qui compte 50 petits poèmes en prose. Les poèmes en prose sont des textes qui empruntent à la fois à la prose parce qu'ils ne sont pas versifiés et aussi à la poésie parce qu'ils contiennent des images, des sonorités et des rythmes. Dans la dédicace de ce livre, il dit à son ami Arsène Houssaye que "nous pouvons couper où nous voulons, moi ma rêverie, vous le manuscrit, le lecteur sa rêverie." Bonne rêverie amis lecteurs !

Mes passages préférés :

  • "Ah ! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l'âge est passé de plaire, même aux innocents ; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer !" (II - Le désespoir de la vieille)
  • "Non ! il n'est plus de minutes, il n'est plus de secondes ! Le temps a disparu ; c'est l'Eternité qui règne, une éternité de délices !" (IV - La chambre double)
  • " [...] et vous, Seigneur mon Dieu ! accordez-moi la grâce de produire quelques beaux vers qui me prouvent à moi-même que je ne suis pas le dernier des hommes, que je ne suis pas inférieur à ceux que je méprise !" (X - A une heure du matin)
  • "Le poète jouit de cet incomparable privilège qu'il peut à sa guise être lui-même et autrui." (XII - Les foules)
  • "[...] dans les jardins publics il est des allées hantées principalement par l'ambition déçue, par les inventeurs malheureux, par les gloires avortées, par les coeurs brisés, par toutes les âmes tumultueuses et fermées [...] C'est surtout vers ces lieux que le poète et le philosophe aiment diriger leurs avides conjectures." (XIII - Les Veuves)
  • C'est là qu'il faut aller vivre, c'est là qu'il faut aller mourir ! Oui, c'est là qu'il faut aller respirer, rêver et allonger les heures à l'infini des sensations." (XVIII - L'Invitation au voyage)
  • "Ô nuit ! ô raffraichissantes ténèbres ! vous êtes pour moi le signal d'une fête intérieure, vous êtes la délivrance d'une angoisse !" (XXII - Le Crépuscule du soir)
  • "Il faut que ma pensée soit une grande vagabonde pour aller chercher si loin ce qui est si près de moi." (XXIV - Les projets)
  • "Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. mais enivrez-vous." (XXXIII - Enivrez-vous)

Lecture de mars 2014.

 


 

 

Posté par AntigoneFlo à 06:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2013

Liste des livres lus...

Voici la liste (non exhaustive) des livres que j'ai déjà lus ! Je les ai rangés par ordre alphabétique des noms d'auteurs, quand il y a plusieurs auteurs, j'ai rangé le livre à l'initiale du nom du premier auteur indiqué. Soyez indulgents, je commence ma liste et je vais mettre un moment à essayer de la "finir" (si je la finis un jour !!!) ! Commençons par ceux qui sont dans ma bibliothèque... J'essaierai de la compléter au fur et à mesure de mon temps disponible et de ma patience...

A comme...

  1. "Lettres de Malaisie" de Paul ADAM (239 pages)
  2. "A ce soir", Laure ADLER (186 pages)
  3. "Les enfants de la colline sacrée", Monique AGENOR (134 pages)
  4. "Antigone", Jean ANOUILH (123 pages)
  5. "Becket", Jean ANOUILH (151 pages)
  6. "L'alouette", Jean ANOUILH (189 pages)
  7. "La sauvage", Jean ANOUILH (182 pages)
  8. "L'invitation au château", Jean ANOUILH (191 pages)
  9. "Julie LESCAUT : Tableau noir", Christine ARNAUD (191 pages)
  10. "Dites-le avec des fleurs", Katherine ARTHUR (90 pages)

B comme...

  1. "La nuit des temps", René BARJAVEL (381 pages)
  2. "La Vendetta", Honoré de BALZAC (93 pages)
  3. "Le Père Goriot", Honoré de BALZAC (308 pages)
  4. "En attendant Godot", Samuel BECKETT (124 pages)
  5. "Fin de partie", Samuel BECKETT (110 pages)
  6. "Les Regrets", "Les Antiquités de Rome", "Défense et illustration de la Langue française", Joachim du BELLAY (295 pages)
  7. "Immobile dans le courant du fleuve", Yves BERGER (182 pages)
  8. "Stallone", Emmanuèle BERNHEIM (62 pages)
  9. "Vendredi soir", Emmanuèle BERNHEIM (110 pages)
  10. "Le cercle des amies", Maeve BINCHY (481 pages)
  11. "Histoires des quatre saisons", Enid BLYTON (124 pages)
  12. "Le club des cinq en randonnée", Enid BLYTON (159 pages)
  13. "La maison des enfants", Janine BOISSARD (367 pages)
  14. "Une femme en blanc", Janine BOISSARD (400 pages)
  15. "Da Vinci code", Dan BROWN (571 pages)
  16. "Inferno", Dan BROWN (564 pages)
  17. "Mais t'as tout pour être heureuse!", Nicole de BURON (217 pages)

C comme...

  1. "Pourquoi m'avoir menti ?", Joanna CAMPBELL (156 pages)
  2. "Oublie ce que j'ai dit", Jean CAPRON (150 pages)
  3. "Une menteuse romantique", Donna CARLISLE (151 pages)
  4. "Mercy Hospital", Paul CARSON (446 pages)
  5. "Le jugement de l'amour", Barbara CARTLAND (125 pages)
  6. "Quand l'amour s'éveille", Barbara CARTLAND (126 pages)
  7. J'ai commencé par un verre", Geneviève CASASUS (234 pages)
  8. "Nos enfants si gâtés", Madeleine CHAPSAL (255 pages)
  9. "Dépossédée", Henriette CHARDAK (110 pages)
  10. "Pour l'amour d'une fée", Sandra CHASTAIN (159 pages)
  11. "C'est quelqu'un Fantomette !", Georges CHAULET (149 pages)
  12. "Fantomette en danger", Georges CHAULET (152 pages)
  13. "Fantomette et la télévision", Georges CHAULET (187 pages)
  14. "Fantomette et le secret du désert", Georges CHAULET (184 pages)
  15. "A l'hôtel Bertram", Agatha CHRISTIE (195 pages)
  16. "L'affaire Protheroe", Agatha CHRISTIE (201 pages)
  17. "La maison du péril", Agatha CHRISTIE (168 pages)
  18. "La mort dans les nuages", Agatha CHRISTIE (183 pages)
  19. "La mort n'est pas une fin", Agatha CHRISTIE (252 pages)
  20. "La mystérieuse affaire de Styles", Agatha CHRISTIE (186 pages)
  21. "Le couteau sur la nuque", Agatha CHRISTIE (196 pages)
  22. "Le cheval à bascule", Agatha CHRISTIE (251 pages)
  23. "Le crime de l'Orient-Express", Agatha CHRISTIE (201 pages)
  24. "Le crime du golf", Agatha CHRISTIE (181 pages)
  25. "Le crime est notre affaire", Agatha CHRISTIE (205 pages)
  26. "Le flux et le reflux", Agatha CHRISTIE (249 pages)
  27. "Le major parlait trop", Agatha CHRISTIE (164 pages)
  28. "Le miroir se brisa", Agatha CHRISTIE (222 pages)
  29. "Le meurtre de Roger ACKROYD", Agatha CHRISTIE (210 pages)
  30. "Le secret de Chimneys", Agatha CHRISTIE (225 pages)
  31. "Les plans du sous-marin", Agatha CHRISTIE (93 pages)
  32. "Le train de 16h50", Agatha CHRISTIE (254 pages)
  33. "Le Vallon", Agatha CHRISTIE (254 pages)
  34. "L'homme au complet marron", Agatha CHRISTIE (213 pages)
  35. "Miss Marple au club du mardi", Agatha CHRISTIE (181 pages)
  36. "Mon petit doigt m'a dit", Agatha CHRISTIE (200 pages)
  37. "Mr Brown", Agatha CHRISTIE (222 pages)
  38. "Pourquoi pas Evans ?", Agatha CHRISTIE (206 pages)
  39. "Pirates du Rhône", Bernard CLAVEL (152 pages)
  40. "Disparu à jamais", Harlan COBEN (465 pages)
  41. "Du sang sur le green", Harlan COBEN (527 pages)
  42. "Faute de preuves", Harlan COBEN (378 pages)
  43. "Faux rebond", Harlan COBEN (408 pages)
  44. "Peur noire", Harlan COBEN (437 pages)
  45. "Temps mort", Harlan COBEN (414 pages)
  46. "Une chance de trop", Harlan COBEN (470 pages)
  47. "Orphée", Jean COCTEAU (123 pages)
  48. "Gérard COGEZ commente Voyage en Orient de Gérard de NERVAL" (172 pages)
  49. "Chez grand-mère à Jolimont", Roar COLBJORNSEN (184 pages)
  50. "Le blé en herbe", COLETTE (126 pages)
  51. "Le chien des Baskerville", Arthur CONAN DOYLE (188 pages)
  52. "Le rituel des Musgrave", Arthur CONAN DOYLE (94 pages)
  53. "Le Cid", Pierre CORNEILLE (105 pages)
  54. "Le guide officiel du film - Twilight Fascination", Mark COTTA VAZ (137 pages)
  55. "Le guide officiel du film - Twilight Tentation", Mark COTTA VAZ (138 pages)
  56. "Le guide officiel du film - Twilight Hésitation", Mark COTTA VAZ (137 pages)

D comme...

  1. "Un tag pour Lisa", Stéphane DANIEL (77 pages)
  2. "CROSSFIRE - Dévoile-moi", Sylvia DAY (407 pages)
  3. "CROSSFIRE - Regarde-moi", Sylvia DAY (376 pages)
  4. "Un secret sans importance", Agnès DESARTHE (210 pages)
  5. "La muette", Chahdortt DJAVANN (113 pages)

E comme...

  1. "Ce qu'ils disent ou rien", Annie ERNAUX (154 pages)
  2. "L'occupation", Annie ERNAUX (76 pages)

F comme...

  1. "La cathédrale de la mer", Ildefonso FALCONES (615 pages)
  2. "La Princesse de Clèves", Madame de La FAYETTE (254 pages)
  3. "Le journal de Bridget Jones", Helen FIELDING (353 pages)
  4. "Comme dans un aquarium", Dorothy FRANCIS (124 pages)  

G comme...

  1. "16 lunes", Kami GARCIA/Margaret STOHL (635 pages)
  2. "La fille cachée", Lisa GARDNER (408 pages)
  3. "La dernière trahison", Julie GARWOOD (406 pages)
  4. "Le coeur à vif", Julie GARWOOD (468 pages)
  5. "Capitaine Fracasse", Théophile GAUTHIER (187 pages)
  6. "Les bonnes", Jean GENET (113 pages)
  7. "La cavale", Ginna GRAY (425 pages)
  8. "La fiancée de Bombay", Julia GREGSON (697 pages)
  9. "Maxime ou la déchirure", Flora GROULT (182 pages)

H comme...

  1. "Jolie, riche, intelligente... et modeste !", Janice HARRELL (122 pages)
  2. "Le château des Oliviers", Frédérique HEBRARD (511 pages)
  3. "Le mois de septembre", Frédérique HEBRARD (157 pages)
  4. "Intime conviction" de Christiane HEGGAN (423 pages)
  5. "La piste du tueur" de Christiane HEGGAN (436 pages)
  6. "L'histoire d'Helen KELLER", Lorena A. HICKOK (225 pages)
  7. "Ce soir je veillerai sur toi", Mary HIGGINS CLARK (241 pages)
  8. "Dans la rue où vit celle que j'aime", Mary HIGGINS CLARK (424 pages)
  9. "Dors ma jolie", Mary HIGGINS CLARK (254 pages)
  10. "Et nous nous reverrons", Mary HIGGINS CLARK (433 pages)
  11. "Joyeux noël, merry christmas", Mary HIGGINS CLARK (279 pages)
  12. "La croisière de Noël", Mary HIGGINS CLARK (313 pages)
  13. "La maison du guet", Mary HIGGINS CLARK (185 pages)
  14. "La nuit du renard", Mary HIGGINS CLARK (222 pages)
  15. "La nuit est mon royaume", Mary HIGGINS CLARK (438 pages)
  16. "Le billet gagnant", Mary HIGGINS CLARK (381 pages)
  17. "Le fantôme de Lady Margaret", Mary HIGGINS CLARK (284 pages)
  18. "Le mystère de Noël", Mary et Carol HIGGINS CLARK (294 pages)
  19. "Nous n'irons plus au bois", Mary HIGGINS CLARK (310 pages)
  20. "Quand reviendras-tu ?", Mary HIGGINS CLARK (449 pages)
  21. "Recherche jeune femme aimant danser", Mary HIGGINS CLARK (278 pages)
  22. "Tu m'appartiens", Mary HIGGINS CLARK (403 pages)
  23. "Un cri dans la nuit", Mary HIGGINS CLARK (348 pages)
  24. "Une si longue nuit", Mary HIGGINS CLARK (212 pages)
  25. "Un jour, tu verras", Mary HIGGINS CLARK (389 pages)
  26. "A l'autre bout de moi", Marie-Thérèse HUMBERT (414 pages)

I comme...

  1. "Le secret du verre bleu", Tomiko INUI (191 pages)
  2. "La cantatrice chauve", Eugène IONESCO (57 pages)
  3. "La leçon", Eugène IONESCO (144 pages)
  4. "Le Roi se meurt", Eugène IONESCO (137 pages)

J comme...

  1. "FIFTY SHADES - Cinquante nuances de Grey", E.L. JAMES (551 pages)
  2. "FIFTY SHADES - Cinquante nuances plus sombres", E.L. JAMES (594 pages)
  3. "FIFTY SHADES - Cinquante nuances plus claires", E.L. JAMES (594 pages)

K comme...

  1. "La Métamorphose", Franz KAFKA (121 pages)
  2. "Le journal intime de Nelly Sweet", Tessa KAY (123 pages)
  3. "L'hypnotiseur", Lars KEPLER (510 pages)
  4. "Le tonneau de Diogène", Françoise KERISEL (43 pages)
  5. "En attendant le vote des bêtes sauvages", Ahmadou KOUROUMA (381 pages)
  6. "Le miroir de l'eau", Marie KOSMOWSKI (292 pages)
  7. "L'insoutenable légèreté de l'être", Milan KUNDERA (455 pages)

L comme...

  1. "La Princesse des glaces", Camilla LACKBERG (382 pages)
  2. "L'oiseau de mauvaise augure", Camilla LACKBERG (363 pages)
  3. "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes", Sieg LARSSON (575 pages)
  4. "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette", Stieg LARSSON (653 pages)
  5. "La reine dans le palais des courants d'air", Stieg LARSSON (711 pages)
  6. "Otage par amour", Terry LAWRENCE (159 pages)
  7. "Neige de septembre", Rachel LEE (475 pages)
  8. "Le trio de l'étrange", Roger LELOUP (47 pages)
  9. "L'orgue du diable", Roger LELOUP (46 pages)
  10. "La forge de Vulcain", Roger LELOUP (46 pages)
  11. "Aventures électroniques", Roger LELOUP (46 pages)
  12. "Message pour l'éternité", Roger LELOUP (46 pages)
  13. "Les trois soleils de Vinéa", Roger LELOUP (46 pages)
  14. "La frontière de la vie", Roger LELOUP (46 pages)
  15. "Les titans", Roger LELOUP (46 pages)
  16. "La fille du vent", Roger LELOUP (46 pages)
  17. "La lumière d'Ixo", Roger LELOUP (46 pages)
  18. "La spirale du temps", Roger LELOUP (46 pages)
  19. "La proie et l'ombre", Roger LELOUP (46 pages)
  20. "Les archanges de Vinéa", Roger LELOUP (46 pages)
  21. "Le feu de Wotan", Roger LELOUP (46 pages)
  22. "Le canon de Kra", Roger LELOUP (46 pages)
  23. "Le dragon de Hong Kong", Roger LELOUP (46 pages)
  24. "Le matin du monde", Roger LELOUP (46 pages)
  25. "Les exilés de Kifa", Roger LELOUP (46 pages)
  26. "L'or du Rhin", Roger LELOUP (46 pages)
  27. "L'astrologue de Bruges", Roger LELOUP (46 pages)
  28. "La porte des âmes", Roger LELOUP (46 pages)
  29. "La jonque céleste", Roger LELOUP (46 pages)
  30. "La pagode des brumes", Roger LELOUP (46 pages)
  31. "Le septième code", Roger LELOUP (47 pages)
  32. "Le fauteuil hanté", Gaston LEROUX (156 pages)
  33. "Et si c'était vrai...", Marc LEVY (251 pages)
  34. "La prochaine fois", Marc LEVY (281 pages)
  35. "L'étrange voyage de Monsieur Daldry", Marc LEVY (422 pages)
  36. "Mes amis Mes amours", Marc LEVY (416 pages)
  37. "Où es-tu ?", Marc LEVY (266 pages)
  38. "Sept jours pour une éternité", Marc LEVY (282 pages)
  39. "Si c'était à refaire", Marc LEVY (422 pages)
  40. "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites", Marc LEVY (426 pages)
  41. "Vous revoir", Marc LEVY (342 pages)
  42. "Suzie ou le grand défi", Carrie LEWIS (119 pages)
  43. "Daphnis et Chloé", LONGUS (127 pages)

M comme...

  1. "Un coupable trop parfait", Patricia MACDONALD (405 pages)
  2. "My funny Valentine", Debbie MACOMBER (101 pages)
  3. "Pelléas et Mélisande", MAETERLINCK (111 pages)
  4. "La Mécanique du Coeur", Mathias MALZIEU (156 pages)
  5. "Nini patalo", Lisa MANDEL (48 pages)
  6. "Le jeu de l'amour et du hasard", MARIVAUX (90 pages)
  7. "L'île des esclaves", MARIVAUX (72 pages)
  8. "Nin, Paulina et les lumières dans la montagne", Ana Maria MATUTE (189 pages)
  9. "Un petit coin de paradis", Glenna McREYNOLDS (159 pages)
  10. "La Vénus d'Ille", Prosper MERIMEE (95 pages)
  11. "Fascination", Stephenie MEYER (522 pages)
  12. "Tentation", Stephenie MEYER (571 pages)
  13. "Hésitation", Stephenie MEYER (611 pages)
  14. "Révélation", Stephenie MEYER (760 pages)
  15. "L'appel du sang", Stephenie MEYER (211 pages)
  16. "Les âmes vagabondes", Stephenie MEYER (617 pages)
  17. "Un homme selon mon coeur", Leigh MICHAELS (82 pages)
  18. "La Petite Bijou", Patrick MODIANO (154 pages)
  19. "Au pied de l'arc-en-ciel", MOKA (71 pages)
  20. "Drôle de voleur!", MOKA (79 pages)
  21. "Le plus grand détective du monde", MOKA et Jean-François MARTIN (39 pages)
  22. "Le poisson dans le bocal", MOKA (46 pages)
  23. "Dom Juan", MOLIERE (125 pages)
  24. "L'école des femmes ", MOLIERE (124 pages) 
  25. "Les Fourberies de Scapin", MOLIERE (126 pages)
  26. "Le Tartuffe", MOLIERE (126 pages)
  27. "Lettres persanes", MONTESQUIEU (407 pages)
  28. "C'est pas juste", Susie MORGENSTERN (140 pages)
  29. "L'autographe", Susie MORGENSTERN (46 pages)
  30. "Supermoyen", Susie MORGENSTERN (67 pages)
  31. "Le Chien des Mers", Marie-Aude MURAIL (61 pages)
  32. "Le hollandais sans peine", Marie-Aude MURAIL (56 pages)
  33. "Mystère", Marie-Aude MURAIL (51 pages)
  34. "22 !", Marie-Aude MURAIL (52 pages)
  35. "Les caprices de Marianne", Alfred de MUSSET (43 pages)
  36. "Mortelle impasse", Helen R. MYERS (471 pages)

N comme...

  1. "Rendez-vous le 14 février", Peggy NICHOLSON (97 pages)

O comme...

  1. "Et si on dansait ?", Erik ORSENNA (118 pages)
  2. "La révolte des accents", Erik ORSENNA (136 pages)
  3. "La grève des fées", Christian OSTER (138 pages)
  4. "La maison de Lialia et autres nouvelles", Ludmila OULITSKAIA (103 pages)

P comme...

  1. "Comme un roman", Daniel PENNAC (198 pages)
  2. "Des chrétiens et des Maures", Daniel PENNAC (90 pages)
  3. "Monsieur Malaussène au théâtre", Daniel PENNAC (83 pages)
  4. "W ou le souvenir d'enfance", Georges PEREC (222 pages)
  5. "Neige en avril", Rosamunde PILCHER (288 pages)
  6. "A l'aube l'espoir se lève aussi", Belva PLAIN (375 pages)
  7. "Les diamants de l'hiver", Belva PLAIN (222 pages)
  8. "Un enfant", Patrick POIVRE D'ARVOR (184 pages)
  9. "Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut", Abbé PREVOST (233 pages)

Q comme...


R comme...

  1. "Britannicus", Jean RACINE (93 pages)
  2. "Phèdre", Jean RACINE (111 pages)
  3. "Le diable au corps", Raymond RADIGUET (121 pages)
  4. "Art", Yasmina REZA (81 pages)
  5. "Les fleurs du silence", Nathalie RHEIMS (124 pages)
  6. "L'un pour l'autre", Nathalie RHEIMS (96 pages)
  7. "L'écho de la rivière", Emilie RICHARDS (591 pages)
  8. "L'écho du passé", Emilie RICHARDS (631 pages)
  9. "Le temps d'un été", Emilie RICHARDS (497 pages)
  10. "Jeanne a dit : je ne saerai jamais adulte", Muriel RIGAL (159 pages)
  11. "On a tué mes enfants", Ann RULE (435 pages)
  12. "Partie sans dire adieu", Ann RULE (241 pages)
  13. "Un coeur trop lourd", Ann RULE (235 pages)

S comme...

  1. "Meurtre en eaux troubles", Sharon SALA (422 pages)
  2. "On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans", Barbara SAMSON (239 pages)
  3. "La Nuit de Valognes", Eric-Emmanuel SCHMITT (101 pages)
  4. "La loi du silence", Taylor SMITH (439 pages)

T comme...

  1. "Introduction à la vie littéraire du XIXème siècle", Jean-Yves TADIE (204 pages)
  2. "Accroche-toi à ton rêve", Barbara Taylor BRADFORD (695 pages)
  3. "Angel, mon amour", Barbara Taylor BRADFORD (380 pages)
  4. "Le secret de Katie Byrne", Barbara Taylor BRADFORD (392 pages)
  5. "Le secret d'Emma Harte", Barbara Taylor BRADFORD (483 pages)
  6. "L'héritage d'Emma Harte", Barbara Taylor BRADFORD (348 pages )

U comme...


V comme...

  1. "De coeur inconnu", Charlotte VALANDREY (376 pages)

W comme...


X comme...


Y comme...


Z comme...


 

Mon top 3 !

  1. "Nous n'irons plus au bois", Mary HIGGINS CLARK (lu au retour d'un soir de réveillon)
  2. "Et si c'était vrai", Marc LEVY (le premier d'une longue série...) 
  3. "Antigone", Jean ANOUILH (lu en classe de première, oral du bac ! et relu deux fois depuis)

 

Lectures en cours...

  • "Jacques le Fataliste et son maître" de DIDEROT
  • "Les grandes théories du théâtre" de Marie-Claude HUBERT
  • "La vérité toute nue" de Brigitte SMADJA
  • "La princesse transformée en steack-frites" de Christian OSTER
  • et tant d'autres !!!

 

Posté par AntigoneFlo à 18:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 septembre 2013

Le théâtre au XVIIème siècle

       Britannicus, Jean RACINE  (1669)

Le résumé:

Mon avis : Dans les pièces de théâtre, j'aime particulièrement quand il y a des vers, les alexandrins dont mes préférés ! Jusqu'à présent, j'avais surtout lu des pièces de Jean ANOUILH et de MOLIERE. Je n'ai pas beaucoup lu de tragédies, mais les rares que je connaisse m'ont plu. L'avantage avec les tragédies, c'est qu'on sait que ça va mal se finir, l'espoir n'est pas permis...

Biographie :

 


Phèdre, Jean RACINE  (1677)

Le résumé: Phèdre est la seconde femme de Thésée (roi d’Athènes). Elle aime Hippolyte qui est le fils de son époux. Ce secret, elle le garde d'abord pour elle, mais elle finit par le dire à Œnone, sa nourrice. Thésée est alors absent et le bruit de sa mort se répand dans Athènes. Phèdre annonce cette triste nouvelle à Hippolyte et, dans un moment d'égarement, elle lui avoue ses sentiments. Celui-ci est épouvanté, il la repousse avec horreur et Phèdre qui est humiliée, jure de se venger. Toutefois avant de le faire, elle essayera de faire changer d'avis à Hippolyte. Mais le bruit se répand que Thésée n’est pas mort ; il arrive et Hippolyte l’accompagne. Phèdre qui est déshonorée veut se donner la mort ;  elle ne va pas à la rencontre de son époux. Thésée est surpris par l'attitude de son épouse. Voulant sauver sa maîtresse, Œnone accuse Hippolyte. Que Thésée accable celui-ci de malédictions, le chasse et demande à Neptune de punir son fils. Celui-ci ne dit rien et s'en va. Peu après, on annonce à Thésée la mort d’Hippolyte qui a été tué par un monstre menaçant sorti de la mer ; Hippolyte est mort de ses blessures en protestant de son innocence. Apprenant cette nouvelle, Phèdre, pleine de remords, vient aussitôt tout dévoiler à Thésée ; mais dès qu'elle a fini de parler, elle tombe empoisonnée aux pieds de son époux.

Mon avis : Une belle oeuvre ! On ne parle plus ainsi de nos jours : "Madame, il faut poursuivre : il faut vous informer D'un secret que mon coeur ne peut plus renfermer." J'aime beaucoup la poésie, les rimes et la métrique !


 

Posté par AntigoneFlo à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2013

Mes lectures en 2014

Bonne année 2014 à tous ! Que cette nouvelle année voie la réalisation de vos voeux les plus chers !

Dans cette nouvelle rubrique, vous trouverez mes lecture de l'année 2014... en espérant faire mieux que mes 39 livres de l'année dernière. C'est plutôt bien parti pour le moment. Je voudrais essayer de lire au moins dix livres par mois en essayant de varier les genres littéraires : théâtre (mon chouchou !), poésie, romans/nouvelles, un peu de théorie et de la littérature de jeunesse. Pendant les vacances, c'est plus facile d'atteindre cet objectif ; mais en temps d'école, avec un peu de bonne volonté et un peu d'aménagement de mon emploi du temps (très chargé !), c'est tout de même possible de lire un peu... beaucoup ! De toute façon, "quand on aime, on ne compte pas" les heures passées à la lecture !

  1. La grève des fées et autres histoires, Christian OSTER - Janvier 2014
  2. L'assassin est au collège, Marie-Aude MURAIL - Janvier 2014
  3. Dom Juan, MOLIERE - Janvier 2014
  4. Les Perses, ESCHYLE - Janvier 2014
  5. Alcools, Guillaume APOLLINAIRE - Janvier 2014
  6. L'île des esclaves,  MARIVAUX - Janvier 2014
  7. L'Avare, MOLIERE - Janvier 2014
  8. Djinn - Un trou rouge entre les pavés, Alain ROBBE-GRILLET - Janvier 2014
  9. A la lumière d'hiver, Philippe JACCOTTET - Janvier 2014
  10. Le désert des Tartares, Dino BUZZATI - Janvier 2014
  11. Rhinocéros, Eugène IONESCO - Février 2014
  12. Traité sur la Tolérance, VOLTAIRE - Février 2014
  13. Critique et vérité, Roland BARTHES - Février 2014
  14. Ignace Denner, E.T.A HOFFMAN - Février 2014
  15. La Cerisaie - Anton TCHOKOV - Février 2014
  16. Antigone, SOPHOCLE - Mars 2014
  17. Les Précieuses ridicules, MOLIERE - Mars 2014
  18. Le Misanthrope, MOLIERE - Mars 2014
  19. Electre, Jean GIRAUDOUX - Mars 2014
  20. Ubu Roi, Alfred JARRY - Mars 2014
  21. La Parure, La légende du mont Saint Michel, Sur l'eau, Guy de MAUPASSANT - Mars 2014
  22. Oedipe-Roi, SOPHOCLE - Mars 2014

 

 

 

Mes lectures en cours... Je lis très souvent plusieurs livres en parallèle !

  • Trois femmes puissantes, Marie NDIAYE
  • Les femmes savantes, MOLIERE
  • Paroles, Jacques PREVERT
  • Le Roman, Pierre-Louis REY
  • Micromégas, VOLTAIRE
  • L'ingénu, VOLTAIRE
  • Spleen de Paris, Charles BAUDELAIRE

 

 

Posté par AntigoneFlo à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2013

"La Métamorphose" de Franz KAFKA

La quatrième de couverture : La Métamorphose révèle une vérité méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. Le récit qui porte ce titre est un des plus pathétiques et des plus violents que Kafka ait écrits ; les effets en sont soulignés à l'encre rouge, les péripéties ébranlent les nerfs du lecteur. C'est l'histoire, "excessivement répugnante", dit l'auteur, d'un homme qui se réveille changé en cancrelat. Cette transformation est un châtiment imaginaire que Kafka s'inflige. Et son personnage est celui qui ne peut plus aimer, ni être aimé : le conflit qui se déroule dans une famille bourgeoise prend une ampleur mythique. Seuls quelques éléments comiques ou grotesques permettent de libérer de l'oppression du cauchemar.

L'histoire : Gregor SAMSA vit chez ses parents avec sa soeur Grete. Il travaille comme représentant de commerce pour un homme à qui ses parents doivent de l'argent. Il est le seul à travailler dans sa famille, c'est donc lui qui fait vivre confortablement les siens. Un matin, il se réveille métamorphosé en cancrelat. Pourquoi cette métamorphose ? On ne le saura pas jusqu'à la fin de la lecture. KAFKA décrit la situation mais ne donne aucune explication à ce sujet. Comme il ne se rend pas à son travail, le fondé de pouvoir vient de la part du directeur de Gregor pour savoir le motif de ce retard. Sur place, personne ne peut entrer dans sa chambre car celui-ci avait verrouillé la porte la veille au soir. Il ne peut plus communiquer avec les autres mais en revanche, lui comprend ce qu'ils disent. Gregor finit par ouvrir la porte, ses parents et le fondé de pouvoir le découvrent sous son nouvel aspect. Dans les mois qui suivent, il reste dans sa chambre. Ses parents n'éprouvent aucune compassion pour lui. Seule sa soeur entre dans sa chambre et lui laisse de la nourriture à laquelle il ne touche pas le plus souvent. Il vit caché. Il finit par mourir. Sa mort, loin d'attristé les siens, est vécue comme une libération, la disparition d'un poids qui pesait sur eux : ils démissionnent tous des métiers qu'ils avaient dû occuper afin de faire vivre le foyer et partent se promener. Ce ne sera même pas eux qui enterreront le cadavre de leur fils mais la bonne qui s'en occupera.

Mon avis : Je ne connaissais Franz KAFKA que de nom. Je me souviens avoir eu un passage de lui à l'oral du bac (il y a très longtemps) pour l'épreuve allemand ... Die Uhr, si j'ai bonne mémoire. Pourquoi le choix de ce livre ? Il est sur la bibliographie pour la préparation du CAPES de Lettres Modernes alors, je me suis dit qu'il fallait le lire ! Et puis, il n'est jamais trop tard pour combler mes lacunes, mes gouffres dans la lecture des Classiques ! J'ai donc d'abord commencé par une lecture soigneuse de la Préface qui, je l'avoue, m'a un peu intriguée. Une copine qui l'avait déjà lu m'a aussi dit qu'elle ne l'avait pas aimé. Contre toute attente, je n'ai pas été déçue par ce livre. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est l'un de mes préférés mais il m'a suffisamment intrigué pour que j'ai envie de lire d'autres titres de KAFKA. Je pense m'acheter Le Verdict
 
Lecture du mois d'août 2013 

Posté par AntigoneFlo à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]